CONJUNTO ANGOLA 70
Angola



Bonga est l’arbre qui cachait la forêt. Si le géant du semba s’est fait la voix de la musique angolaise en exil dans les années 70, la dernière sortie du label Analog Africa révèle le foisonnement qui animait la scène musicale de Luanda en dépit du conflit armé de l’époque. Rebita, kazucuta, semba et merengue, autant de rythmes chaloupés servis par des éclairs de guitares magiques et de voix hypnotiques, qui témoignent de la connexion privilégiée qui reliait la musique de l’ex-colonie portugaise à celles de son voisin congolais et, au-delà, de ses cousines des Caraïbes.
La musique angolaise, proche des sonorités brésiliennes, est teinté d’une nostalgie poétique, soulignée par une guitare très présente, ce qui ne l’empêche pas d’être aussi festive, et highly dancable.
Rythmes locaux comme le semba, kazukuta, rebita, une version angolaise du merengue avec de temps en temps une touche de rock psychédélique, de surf ou de musique cubaine. Extrêmement dansant, chaloupé, tropical.
Brutes et subtiles, paroxysme d’une époque artistiquement bénie en Afrique, les sonorités du grand continent se mélangent délicieusement à celles des Caraïbes
période dorée dans l’histoire de la musique du pays qui témoigne de sa richesse et diversité. Les rythmes traditionnels des îles Luanda, les guitares psychées importées du Congo voisin, le Merengue des Caraïbes mélangé aux batteries puissantes des fanfares des carnavals angolais se sont mélangés pour donner le son riche et moderne de l'Angola.







Conjunto Angola 70 par runprod